Travailler quand même en cas de blessure ?

1/07/2019

Travailler quand même en cas de blessure ?

Pour tout athlète, une blessure est une sorte de catastrophe... C'est, pour eux, un synonyme de stagnation ou même de régression. Pourtant il est possible de limiter les dégats à condition de rester, bien sûr, toujours attentif à la douleur, cette sensation qui existe pour vous prévenir de ralentir sous peine de provoquer des dégats plus importants.

La première manière de contrer une blessure, c'est de travailler en isométrique. Pour une blessure articulaire, par exemple, vous contractez le muscle dans une position déterminée qui ne stresse pas l'articulation lésée et qui vous permet de quand même stimuler vos muscles. Ne pensez pas que ce soit un remplacement inutile, la contraction isométrique est un exercice dur et stimulant pour le muscle. Elle peut vous permettre de progresser quand même.

Si vous avez une blessure musculaire, il n'est pas conseillé de travailler un muscle blessé, mais de mettre directement de la glace sur la région lésée, de la bander et de prendre des anti-inflammatoires pas voie orale. Néanmoins, si vous avez une blessure au bras droit, rien ne vous empêche de travailler le gauche. Certains ont peur de créer une dissymétrie et de se retrouver avec un bras ou une jambe plus volumineuse d'un côté. N'ayez pas peur, après quelques entrainements, la différence va très vite s'estomper. Des études ont prouvé que le travail d'un côté avait un impact sur le développement du côté opposé. De même que le travail du bas du corps avait un impact sur le haut et vice-versa.

Donc, si vous êtes incapable de travailler un côté de votre corps, si vous vous arrêtez complètement, non seulement votre coté blessé va diminuer en force et en volume, mais le côté sain va perdre lui aussi. Tandis que l'entrainement, même unilatéral va vous empêcher de perdre d'un côté mais aussi garder votre motivation intacte et vos objectifs en ligne de mire.

Une autre possibilité est la stimulation électrique. Elle va vous permettre de faire travailler un muscle dont l'articulation ne peut pas bouger. En cas de grave blessure musculaire, elle peut permettre un travail de rééducation plus rapide et vous permettre de récupérer plus vite. Si vous voulez acheter ce type d'appareil, optez pour un haut de gamme si vous voulez sentir l'effet.

Conclusion, ne vous découragez pas si vous vous blessez, prenez cela comme une nouvelle possibilité pour travailler les muscles que vous négligez parfois comme les mollets, les avant-bras... bref pour vous permettre un changement et ne pas arrêter votre progression. Mais ne vous arrêtez pas ! Adaptez-vous! Dites-vous qu'il y a des athlètes à qui il manque un membre et qui ne prennent pas cela comme excuse pour ne pas s'entraîner !

Publié dans: Conseils, Entrainement, Santé